Actualités

L'homme est-il un animal?

L'homme est plus fort que la femme. En tout.

C'est là un fait irréfutable.

Depuis que notre planète, que l'on appelle trop souvent, 'monde' (un tantinet plus vaste en réalité), depuis que notre planète a enfin trouvé un mode civilisé de vie sociale, les dinosaures ont été succédé par le prochain animal le plus fort sur la liste: L'homme masculin. Celui avec une chose entre les jambes... contrairement a la femme qui, elle, n'a rien. C'est pour cette raison, histoire de compenser, qu'elle préfère les sacs à main.

Depuis que notre planète est enfin civilisée, c'est à dire, qu'elle n'a plus qu'un seul dieu (ou, au grand maximum, un par religion), dieu est masculin.

Certes, personne n'a jamais aperçu la chose entre les jambes de dieu ni d'ailleurs ce qui est autour.

De la chose.

Mais en s'aventurant dans l'exercice à s'imaginer dieu en femme l'on se voit très vite dans une impasse. Et pourquoi pas Jésus en fille à y être? Cela poserait une problème anatomique majeur: Comment Dieu aurait-elle pu ensemencer Marie? .. Et pour lui faire une fille qui plus est !?

On imagine aisément les conséquences désastreuses sur tout: Les rois, les cuisiniers, les chauffeurs routiers, les présidents américains, les plombiers, les apôtres, les inventeurs de la psychanalyse, les curés, les papes, les serial killers, les bêtes de sexe, James Bond, les psychopathes... 

Des femmes? Arrêtons de plaisanter.

L'homme est fort et la femme pleure.

Le monde, pardon la planète, est ainsi faite et c'est ainsi que, - on en a la preuve criante de nos jours...- c'est ainsi que les choses sont entre les jambes et dans l'ordre.

L'être humain est masculin, la femme son animal de compagnie. De préférence agréable à regarder et hors moment de crise de pleurs où il est préférable de le contenir à l'intérieur, mieux encore, attaché, masqué et avec un bâillon. Interdiction formelle de voter ou pire, de conduire une voiture.

Et puis, il y a aussi cette question banale en apparence: Les droits de l'homme,  concernent-ils la femme?

Nous savons depuis un bon bout de temps que les choux, les chèvres, les loups et les hommes sont des espèces vivantes? Et qu'il y a, à côté, des objets. Comme la femme est à côté de l'homme.

Quand un homme se fait décapiter (cela n'existe pas en vrai), on lui rend hommage et c'est justifié.

Mais si une femme se fait lapider (cela n'existe pas en vrai, mais imaginons), lui rendre hommage serait absurde puisqu'il s'agit une femme et, un opeu de sérieux, lui rendre femmage, cela sonne vraiment grotesque.

FÉMINISTE 

 MILITANTE

Une pensée plus ou moins émue pour cette espèce plus ou moins en voie d'apparition et en apparence plus ou moins pénible mais de son plein gré.

La faute à qui?

A l'homme masculin*. Plus ou moins.

Vous avez dit COVID ?

Faut-il? Vraiment?

PERDRE

Le plus grand tracas de l'espèce humaine et la raison la plus répandue pour consulter un psychologue.

Perdre sa dignité, sa tête, son portefeuille, ses moyens, son job, sa vie, sa carte bleue, sa virginité, confiance, espoir, son téléphone, son sang froid, du poids, un être cher, pied, une fortune ou 135 Euros, la ou de vue, l'odorat, la raison..et ce n'est pas tout, loin de là.

On comprend aisément que là, il y a parfois de quoi d'aller mal, sinon très mal.

Et parfois, pas mal souvent même, on pourra vous aider. Vraiment.

Prendre soin de vous. Vous soigner.

Ou dit plus justement,

vous aider à vous soigner.

SÉDUCTION

Essayez toujours de sortir tout votre arsenal et votre accessoirie de mode, de gestes fluides et sensuels, le ton de voix susurrant, le sourire craquant, l'oeil irrésistible..parce que vous pensez avoir compris comment vous mettre l'autre dans la poche.

Vous pensez que le séducteur ou la séductrice finit par avoir ce qu'il/ elle veut?

Que nenni.

Pensez toujours que, même si vous êtes très fort à ce jeu (de la séduction), vous êtes à la merci de celle ou celui qui veut bien que vous lui plaisez.

Donc, la séduction, si elle aboutit, ce n'est jamais le mérite de celle/ celui qui séduit mais de qui se laisse séduire.. soit parce qu'il/ elle le veut bien, soit parce qu'il/ elle ne sait pas dire non.

Un HOMME ne pleure  pas, il a juste besoin de sexe.

Si la nature nous a inventé les pleurs, comme les poils pubiens d'ailleurs ou le cerveau, c'est bien pour quelque chose. Et dire que l'on rencontre des énergumènes qui n'ont aucun des trois ou qui ne s'en servent pas..

Un homme ça ne pleure pas, c'est vrai, surtout quand on lui a appris des idioties de virilité.

Un mâle humain n'est pas homme parce qu'il a quelque chose qui pend entre ses jambes.

A penser ainsi, il s'agit bien là d'une des pires erreurs que le mâle (et la femelle) peuvent faire.

.

Je souhaiterais à cet endroit mettre tout mon poids (qui est malheureusement toujours l'objet de l'oeil désapprobateur de mon médecin traitant qui depuis des années m'encourage à faire du sport), pour faire entendre à quiconque que, moins vous pleurerez, plus vous aurez besoin d'une psychothérapie.

Alors oui, il y a des psychologues ou autres poètes en herbe qui possèdent une intelligence économique pour laquelle je les jalouse avec une férocité qui ne va guère avec l'esthétique de ma sérénité exemplaire et l'arrogance que des petits malins se réjouissent de m'avoir découverte.

Ces poètes écrivent dans des livres, qu'ils vendent, même cher, en noir sur blanc, qu'il existerait, selon le fantasme de l'un/e ou de l'autre entre 12 et 35 besoins chez l'être humain.

C'est là une efficace façon de s'arrondir grassement les fins voire les débuts des mois:

Vendre cher des inepties de haut ou de bas à très bas vol.

Maslow n'a jamais fait de pyramide de sa vie, une pure invention du Marketing.

Un peu de sérieux une fois de plus, pour compter l'intégralité des besoins d'un être humain, femelle comme mâle, papou comme wall-streeter, patient comme psychologue, il n'y a même besoin de ses dix doigts.

Alors, pauvre mâle, mal dans sa peau de manager ou chef de quelque chose, ou d'homme tout court*, tendu, stressé, sollicité toute la journée qui, en rentrant le soir à la maison a besoin de tirer son coup pour décharger sa non-zénitude.

Bien sûr dira-t-on qu'il en a besoin! Pauvre homme.

Et le trou, ben oui, c'est sa femme. Oui, l'homme est tendu et sa femme un trou.

Après quoi, il est moins tendu est sa femme si. 

Dans certaines contrées latines où des hommes femelles ont osé dire non (de quel droit, cela reste pour l'instant à éclaircir), les hommes mâles ont compris qu'en faisant un trou dans une pastèque, sensation tactile garantie et quasi équivalente, cela pouvait être aussi bon.

Et  surtout, une pastèque, ça ne râle ni pendant, ni tout de suite après ni plus tard.

 

Ce n'est certainement pas moi qui vais vous mentir à dire que le sexe n'est pas bon, bien au contraire!

 

Mais ne déplaise au mâles stressés ou en mal de pouvoir, le sexe n'est ABSOLUMENT PAS UN BESOIN.

Avis donc aux humaines, aux femmes, si l'homme faisant office de mari ou similaire vous dit qu'il a besoin de tirer un coup pour aller mieux..

...si vous en avez envie vous aussi, alors tant mieux, mais si vous n'en avez pas mais avez peur qu'il parte avec son salaire, serrez les dents et écartez vos jambes en pensant à votre amant.

Et si vous avez le cran de penser que  quelque chose n'est pas naturel dans cette histoire, alors faites le contraire, serrez vos cuisses et écartez votre mâchoire et expliquez-lui que votre désir est ailleurs, que le sexe n'est pas un besoin et ramenez lui une pastèque du marché.

Et si vous avez du courage ce jour-là parce que vous avez bu un ou deux verres de vin, vous pouvez tenter de lui poser la question ce que cela signifie pour lui de rentrer dans votre trou en zappant votre désir et votre plaisir absents.

C'est parfois beau l'amour.. parfois. Mais pas comme ça.

Et si tout cela vous dépasse, dites-vous que vous êtes généreuse à vous laisser pénétrer de la sorte, et que cela fait de vous

une bonne personne avec une plus-value certaine sur le marché humain.